Nouvelles recettes bio chez Lioravi

Nouvelles recettes bio chez Lioravi

Bon appétit !

Après la création de deux ravioli bio en 2017, au Chorizo et au Maroilles, le dernier né, à la tomate confite à l’huile d’olive et à la mozzarella, nous donne tout simplement envie de succomber à ces saveurs, qui éveillent notre curiosité et nos papilles. Et quand en plus, les pâtes fraîches sont façonnées dans le respect des méthodes traditionnelles, avec des ingrédients de qualité, rien ne nous retient plus !

Bonne dégustation !

produbio Lioravi, pâtes fraiches

 

 

 

Nouveauté chez Sarmance

Sérum Sev’Active, anti-taches et anti-âge

Sarmance propose un nouveau soin visage, élaboré à partir d’actifs issus de la vigne bio et d’ingrédients aux vertus reconnues, tel l‘aloé véra bio et l’extrait de Lys. Ce concentré à utiliser comme crème de jour ou de nuit convient à toutes les peaux. Les tests ont prouvé une efficacité sur l’éclaircissement des taches pigmentaires et la peau apparaît plus lisse et lumineuse.

Ce soin est conseillé dès 30 ans et s’applique sur le visage, le cou, le décolleté, les mains.

Le sérum Sev ‘Active est labellisé Ecocert et Cosmébio. Il  est sans OGM, sans colorants ni parfums de synthèse, sans parabènes, sans phénoxyéthanol et non testé sur les animaux.

Retrouvez les bienfaits de la vigne bio, les sensations de douceur naturelle et les parfums délicats des produits Sarmance sur la boutique Internet.

Plus d’infos sur la marque Sarmance sur leur page produbio.

Préparer sa peau avant le soleil

Vivement le ciel bleu !

Il nous a tellement manqué que notre seule envie, c’est de profiter vite de ses premiers chauds rayons. Se prélasser au soleil, sans prendre de risques, c’est un réel plaisir si la peau est préparée.

Pour favoriser le bronzage, prévoir une cure de vitamines A : présente dans les carottes crues, les tomates, l’oseille, le persil,… elle stimule la production de mélanine qui est le pigment responsable de la couleur de la peau.

Une bonne alimentation est primordiale pour préparer sa peau au soleil : d’autres vitamines, comme la C, dont les produits de saison tels les fruits rouges sont riches et la E, aux vertus anti-oxydantes, fournie par certaines huiles végétales et les céréales, sont essentielles également. On peut aussi opter pour des compléments alimentaires anti-oxydants mais sans en abuser. Et il faut penser à bien s’hydrater.

Et pour obtenir un bronzage uniforme, bien gommer la peau pour ôter les cellules mortes.

Finaliser avec le choix de la bonne crème solaire, à appliquer régulièrement : il n’y en a jamais trop.

Plus qu’à profiter de ce bonheur, offert gracieusement par la nature, en jardinant, avec un bon livre, en se promenant, en ne faisant rien aussi, juste savourer. C’est pour bientôt !

CITE dernière ligne droite pour la formule actuelle

Jusqu’à fin 2018

Le crédit d’impôt transition énergétique est de 30% depuis le 1er septembre 2014, sans condition de ressources, ni d’obligation de cumuler des travaux. Cet avantage fiscal vous permet de réduire vos impôts lorsque vous effectuez des travaux de rénovation énergétique.

Il faut savoir que le crédit d’impôt est davantage une aide qu’une réduction fiscale car même si vous n’êtes pas imposable, vous recevrez la somme due par virement bancaire.

Ce crédit d’impôt à 30% est valable pour les solutions économes en énergie (chaudière à condensation, pompes à chaleur, chaudière bois, poêle à bois, travaux d’isolation…).

Certains équipements ne sont plus éligibles depuis le 1er janvier 2018 : les volets, portes d’entrée et chaudières à haute performance énergétique au fioul.

Le CITE est calculé sur le montant des  dépenses de matériel dans la limite d’un plafond de dépenses éligibles. Celui-ci est de 8.000 € pour une personne seule et de 16.000 € pour un couple soumis à la même imposition. 400 € sont également ajoutés par personne à charge.

Vos travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE et dans un logement de plus de deux ans.

 

Petit lexique : 

RGE : l’Ademe et le ministère en charge de l’énergie ont mis en place avec les représentants de la filière artisanale une mention RGE « Reconnu Garant de l’Environnement ». La qualification « RGE » est le seul dispositif reconnu par l’État qui conditionne les aides.

Masque bonne mine

Il est possible de faire un masque “bonne-mine” avec de la pulpe de carottes râpées à laquelle il faut ajouter 2 à 3 cuillerées d’huile d’amande douce. Appliquer cette pâte sur le visage et le cou et la garder une dizaine de minutes avant de rincer à l’eau tiède.

Les feuilles de radis

Ne pas jeter les feuilles de radis

Aussi appelées fânes, elles font une excellente soupe au goût raffiné ; il faut les utiliser comme les feuilles d’oseille, en les faisant cuire à l’eau avec de fines tranches de pomme de terre. Lorsqu’elles sont cuites, mixer le tout et ajouter deux bonnes cuillères de crème fraîche. Assaisonner suivant votre goût.

Recette avec le panier bio de la semaine

Légumes confits au gingembre

Pour 4 personnes : 5 carottes, 5 navets, 60 g de beurre, 4 cuillères à soupe de sucre roux, 2 cuillères à café de gingembre en poudre, sel, poivre

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 30 minutes

Peler les carottes et les navets, puis les couper en petits morceaux réguliers. Les mettre dans une casserole, les saler et les poivrer. Couvrir d’eau et faire cuire environ 20 minutes.

Bien égoutter les légumes. Faire fondre le beurre dans une casserole, ajouter, le sucre, le gingembre, bien mélanger. Puis y ajouter carottes et navets : brasser avec précaution pour bien les enrober, et faire mijoter doucement, pendant environ 10 minutes en remuant de temps en temps.

Servir très chaud, en garniture de roti de veau ou porc, par exemple.

Bon appétit

Pâques chez Saveurs et Nature

On va encore se régaler !

Logo saveurs et nature

Deux dates à retenir pour préparer la chasse aux oeufs : samedi 24 et dimanche 25 mars de 10h00 à 18h00 sans interruption, auront lieux les portes ouvertes chez Saveurs et Nature. L’occasion de découvrir toutes leurs gammes de chocolat Bio et de se faire plaisir pour les fêtes.

Programme : chasse aux oeufs gratuite, visite de la chocolaterie, animations, dégustations et vente de chocolats.

Et comme la générosité c’est aussi une de leur qualité, si le temps ne s’y prête pas, les oeufs seront offerts en caisse.

 

Jusqu’à quand peut-on consommer un aliment ?

DLC, DDM, … comment s’y retrouver ? (chapitre 2/2)

Comme pour les cosmétiques (voir DLC, PAO, comment s’y retrouver…? Chapitre 1/2), les aliments sont soumis à des règles d’étiquetage concernant leurs dates limites de consommation/d’utilisation, définies dans le règlement europén 1169/2011. On définit la fameuse DLC, Date Limite de Consommation, et la DDM, Date de Durabilité Minimale, déjà vue dans les cosmétiques, mais qui n’a pas la même définition pour un aliment que pour un cosmétique.

Bien différencier DLC et DDM

La DDM est définie par le règlement 1169/2011 comme “la date jusqu’à laquelle [une] denrée alimentaire conserve ses propriétés spécifiques dans des conditions de conservation appropriées”. La date limite de consommation est la date au-delà de laquelle “une denrée alimentaire est dite dangereuse”.

La dangerosité d’un aliment est définie par un autre règlement européen, le 178/2002, qui définit une denrée alimentaire comme dangereuse si elle est “préjudiciable à la santé” ou “impropre à la consommation humaine” (on passe les détails !). La DDM est indiquée par des termes précis, “à consommer de préférence avant le …”, ou “à consommer de préférence avant fin …”. La DLC est indiquée par la phrase “à consommer jusqu’au….”.

De façon simplifiée, la DDM est une date après laquelle un aliment peut perdre de ses qualités organoleptiques (par exemple, perte d’arôme pour du thé, blanchiment du chocolat,…), sans pour autant devenir nocif, alors que la DLC est destinée à des aliments plus sensibles microbiologiquement (viandes non surgelées,…) et est, de ce fait, généralement beaucoup plus courte qu’une DDM. En anglais, DDM et DLC sont remplacées, respectivement, par “best before”et “use by”, qui expriment mieux la différence entre ces deux notions : littéralement “meilleur avant” (vous pouvez consommer avant, mais il sera peut-être moins bon), et “utiliser avant” (ne pas l’utiliser après la date !)

Ces dates limites ne sont pas valables pour tous les aliments

Certains aliments sont exemptés de DLC/DDM : fruits et légumes frais non épluchés, vins, boissons alcoolisées titrant au moins 10% d’alcool, pâtisseries consommées dans les 24 heures (i.e les pâtisseries “de supermarché” doivent avoir une DLC, pas celles achetées chez le pâtissier !). Le sel, le sucre à l’état solide ( “sucre en morceaux”), les gommes à mâcher sont aussi exemptés : ce sont des produits présentant peu, voire pas, de risque microbiologique, donc l’absence de DLC est bien justifiée.

Tout comme pour les cosmétiques, le règlement européen définissant les DLC et DDM ne définit pas comment les déterminer. Cependant, le règlement 2073/2005 définit les critères de sécurité microbiologiques, qui doivent être respectés pendant tout la durée de vie d’un aliment : le dépassement d’un de ces critères est souvent le facteur limitant une DLC/DDM. Par exemple, les aliments non-destinés aux nourrissons peuvent contenir jusqu’à 100 ufc/g (Unité Formant Colonie par gramme) de Listeria monocytogenes : la DLC sera donc souvent, dans ce cas, la date à laquelle cette valeur est dépassée (arrondie à la semaine, voire au mois, avant par sécurité).

Toujours bien respecter les DLC et faire du cas par cas pour les DDM

En conclusion, il est recommandé de bien respecter les DLC (“à consommer jusqu’au”), car un risque existe réellement après son dépassement (en général, cela se sent, littéralement !), mais un aliment ayant dépassé la DDM (“à consommer de préférence avant”) n’est pas forcément bon à jeter, il peut encore être bon de le goûter avant de le jeter et de le gaspiller (les boîtes de conserves par exemple, ont des DDM, mais, tant qu’elles sont intactes, leur contenu peut théoriquement être consommé après des décennies).

Au fil des rencontres : Echos Nature, Excursions nature et vente d’algues

Guides nature professionnels

Julie et Vincent emmènent à l’aventure : pas très loin, pas dans des contrées inconnues, et pourtant, ils ont beaucoup de choses à faire découvrir ! Apres avoir tous deux fait des études en biologie et en environnement, ils sont devenus guides nature. Grâce à leur structure professionnelle toute récente, ECHOS NATURE, ils ont mis leur passion à notre service.

Lors d’excursions, ils transmettent leur interprétation du patrimoine naturel : les yeux, les oreilles, le goût, tout est sollicité. Oiseaux, plantes sauvages, saveurs marines, rien ne leur échappe ! l’exploration vous emmène à l’intérieur et sur le littoral du Pays de Retz, si riche, qu ‘ils connaissent dans ses moindres recoins. Plusieurs partenariats avec des institutions locales leur permettent d’avoir leurs premiers contacts. Le public est varié : vacanciers, locaux, comités d’entreprise, associations, jeunes et scolaires…L’échange et le partage sont les valeurs qu’ils mettent en avant pour éduquer au respect de l’environnement. Et comme il faut connaitre pour bien protéger, ils participent ainsi à la préservation de ce milieu naturel.

Pour compléter cette envie de partage et de convivialité, ils font goûter les algues comestibles directement sur les rochers puis apportent astuces et anecdotes pour savoir comment les préparer, simplement, afin de mettre en évidence leurs différentes qualités gustatives et nutritionnelles.

Dès le printemps 2018, ils proposeront leur propre marque de produits alimentaires : cuisine traditionnelle revisitée grâce aux algues déshydratées associées à des  plantes aromatiques. Afin de respecter les règles sanitaires et d’hygiène pour la confection de ces produits, ils ont suivi la formation HACCP et travaillent en collaboration avec la Direction Départementale pour la Protection des Populations (DDPP) afin de mettre en place toutes les règles de traçabilité. Et pour offrir un savant mélange de saveurs, ils ont pris conseil auprès de chefs cuisiniers d’Angers et de la région Nazairienne. On s’en régale par avance!

Julie HENNENFENT et Vincent LEROUX

Les produits seront mis en vente à la fin des excursions sur le littoral, ainsi que sur certains marchés.

Pour les suivre dans cette découverte locale, abonnez-vous à leur page Facebook : vous y trouverez toutes leurs coordonnées et le programme de leurs sorties.

Et bientôt leur site internet pour en savoir toujours plus.

De belles balades en perspective et des souvenirs iodés à rapporter toute l’année.